Logement social : Un racisme institutionnel ?

Publié le par X.M.

Article paru dans le numéro 167 du magazine Sciences Humaines : ou comment la routine de la xénophobie alimente les inégalités... ou comment répondre aux élucubrations racistes délirantes de Catherine Ney dans Valeurs actuelles.

-----------------------------------------------------------------------------------

Logement social : Un racisme institutionnel ?

"Si on a des bons dossiers, des gens qui travaillent, qui n'ont pas beaucoup d'enfants, de nationalité française si possible, on a moins de problèmes. Si on a des familles de Maghrébins avec cinq-six enfants, ou de Comoriens, c'est difficile de savoir combien il y a de personnes, combien d'enfants etc., bon si on peut ne pas les prendre ça arrange aussi". Comment expliquer ces propos, tenus par une personne travaillant dans un office HLM marseillais : expression d'un racisme individuel, isolé ? Ou au contraire expression d'une "idéologie raciste", d'un racisme ordinaire qui serait inconsciemment partagé (à un plus ou moins grand degré) par tous les membres de la société française ?

Pour la sociologue Valérie Sala Pala, il faut plutôt insister sur la dimension proprement institutionnelle de cette discrimination, qui est selon elle "le produit de logiques, de contraintes, de routines, d'une culture, institutionnels". Dans le cas des HLM, qu'elle a étudié, un certain flou au niveau des principes législatifs censés guider l'action des organismes ("droit au logement" et "mixité sociale", terme qui n'est nulle part défini), ainsi que la grande autonomie laissée à ces derniers sont des facteurs qui accroissent le pouvoir discrétionnaire des acteurs HLM en matière d'attribution. Ils peuvent ainsi développer des critères propres, sans jamais devoir les expliciter ou les formaliser. Par ailleurs, l'importance croissante des impératifs de bonne gestion (équilibre financier, réduction des vacances de logement, préservation des bâtiments...) les conduit à minimiser les risques lorsqu'ils attribuent un logement, et donc à définir des profils de "bons" candidats (qui paye son loyer, qui habite de façon normale, qui ne trouble pas le voisinage...) et de "mauvais" candidats, fondées sur des stéréotypes ethniques qui classent les nationalités selon leur écart à une certaine norme culturelle.

C'est ainsi qu'à Marseille, où ont été menés les entretiens, sont perçus comme "bons candidats" (outre les Français), les Arméniens, dont les traits culturels sont une structure familiale stable, "normale", un "désir de s'intégrer", de travailler. A l'inverse, les "mauvais" candidats, porteurs des caractéristiques inverses, sont les Maghrébins et encore plus les Comoriens,qui, selon une personne interviewée, "ont un mode de vie qui est quand même encore plus compliqué que les Maghrébins en termes d'intégration parce qu'ils sont collectifs, alors que les Maghrébins sont des individuels".

Cette analyse met également en évidence que la lutte contre le racisme pourrait également s'appuyer sur des ressorts institutionnels. En l'occurence, une définition de la mixité sociale, ou un renforcement du contrôle des organismes HLM, permettraient sans doute de diminuer la saillance de l'ethnicité dans l'attribution des logements.

A lire : Valérie Sala Pala, "Le racisme institutionnel dans la politique du logement social", Sciences de la société, n° 65, 2005


Publié dans Racisme ordinaire

Commenter cet article

Richard Delacroix 12/01/2012 11:42


Ce que vous dites est interessant ... une histoire : Une famille francaise d´origine malgache à Strasbourg , Alsace vers 1973-1974 fait une demande pour aller dans un HLM . L´administration
laisse trainer ... Le mari décide d´ecrire au président de la république en rappelant qu´il a fait aussi son service militaire ... il semble que ce dernier fait ait eu un impact , il recoit une
réponse des bureaux de la présidence et se voit attribuer un logement au centre ville ( et non dans les banlieux dits difficiles ) . Le service HLM n´est pas content , les voisins font tout pour
faire partir cette famille , ils ne sont pourtant que trois , un couple et un jeune enfant . Quand on leur parle de cette époque , ils racontent qu´il y avait un quota de basané dans certains
immeubles HLM bien situé .


 


Votre article me rappelle cette histoire . Merci !

Internaute 315 29/05/2006 18:43

Pour compléter cet article lisez la lettre ouverte suivante : http://blog.france2.fr/racisme/

jay 31/01/2006 00:42

C'est une pratique très courante dans les comités d'attribution. Lorsque l'on a eu un logement social on nous a expliqué gentillement que nous ne trouverions pas d'étrangers dans notre immeuble car l'une des responsables du comité d'attribution ne les aimaient pas!nous n'avons pourtant rien demandé de tel ! La mixité n'est plus de mise et l'état en en est le premier responsable! A quand des sanctions contre ces comportements?
 

wickler 16/12/2005 14:43

Ce que vous dites part d'un bon sentiment, certes, mais il faut être réaliste. Vous ne ferez jamais vivre ensemble des gens qui n'en n'ont pas envie! Que ce soit du côté des immigrés ou des français...

u-s-f@hotmail.fr
Union de Sauvegarde de la France