Hélène Carrère d'Encausse et les "villages africains"

Publié le par L'équipe des chroniques du racisme ordinaire


La secrétaire perpétuelle de l'Académie française se lâche dans la presse russe.

Source : Libération

Hélène Carrère d'Encausse, éminente historienne, spécialiste de l'Union soviétique et secrétaire perpétuelle de l'Académie française, a expliqué la crise des banlieues françaises à la chaîne de télévision russe NTV dans les termes suivants : «Ces gens, ils viennent directement de leurs villages africains. Or la ville de Paris et les autres villes d'Europe, ce ne sont pas des villages africains. Par exemple, tout le monde s'étonne : pourquoi les enfants africains sont dans la rue et pas à l'école ? Pourquoi leurs parents ne peuvent pas acheter un appartement ? C'est clair, pourquoi : beaucoup de ces Africains, je vous le dis, sont polygames. Dans un appartement, il y a trois ou quatre femmes et 25 enfants. Ils sont tellement bondés que ce ne sont plus des appartements, mais Dieu sait quoi ! On comprend pourquoi ces enfants courent dans les rues.»

Dans cette même interview, diffusée dimanche soir, l'académicienne ajoutait que «pendant des années le gouvernement n'osait même pas appeler ces gens des "hooligans" : ce mot n'était pas autorisé. Lorsque Nicolas Sarkozy les a appelés "voyous" et "racailles", ces jeunes gens, ces chéris, ont demandé qu'il s'excuse. En France, nous avons une abominable manie des excuses».

 «Oui, la télévision russe ne fait que suivre Poutine pas à pas. Mais la télévision française est tellement politiquement correcte que cela en est un cauchemar. Nous avons des lois qui auraient pu être imaginées par Staline. Vous allez en prison si vous dites qu'il y a cinq juifs ou dix Noirs à la télévision. Les gens ne peuvent pas exprimer leur opinion sur les groupes ethniques, sur la Seconde Guerre mondiale et sur beaucoup d'autres choses. On vous juge tout de suite pour infraction. [...] Le politiquement correct de notre télévision est presque comme la censure des médias en Russie.»

Publié dans Racisme ordinaire

Commenter cet article

R. E. DUC 02/05/2011 12:42



Amis, lecteurs,


L'évidence vous a crevé les yeux ! Or, mal-voyants élitaires prétendant guider les aveugles populaciers, vous appuyez encore sur les gaz là où il conviendrait d'actionner la pédale des freins.


Votre supposé "antiracisme” de prix-z-unic est la pire machine discriminatoire qu'on ait vu opérer autour de la « Boue ronde » ; il s'en prend de manière aussi stupide que péremptoire à
toute forme d'intelligence et de distinction, incidemment à toute forme de respect et de tolérance. Y avez-vous songez seulement ?


Là, permettez-moi..., mais avec l'Hélène, vous vous êtes mis le doigt jusque dans le coeur de votre cerveau reptilien ; celui qui est à la base de la formation de notre cortex.
L'Immortelle ne dit rien au fond, sinon qu'elle décrit des situations patentes et fort difficiles pour ceux qui ont à les souffrir au nom de quelque “culturalisme ” fallacieux ; linceul
dérisoire sur la disparition de toute tradition et saines coutume. Des hommes et leurs circonstances pris en étau, faits comme des rats,  entre leur déréliction et l'idéologie
massacrante de vos belles âmes !


Les faits, leur simple description vous effrayent donc plus profondément que les quelques bribes de vérité qui demeurent à portée de nos efforts. Consternant !


Madame Carrère d'Encausse fut un précurseur, d'une intelligence toute de finesse et d'empathie, à la française, mieux à la grand-Européenne (Nietzsche) – n'en déplaise à votre adoration
des gri-gri depuis longtemps enfouis sous les poudres des guerres civiles de libération.


Une intelligence fort solitaire pour ne point dire isolée, à une époque où les champion-ne-s de l'émancipation des peuples passaient régulièrement leurs vacances sur les bords de la mer noire, en
Roumanie ou dans le Caucase, ou encore non loin de quelque Baie de Cochons, au frais de populations infantilisées et réduites en esclavage par quelque Révolution. Toujours la même, identique à
elle-même et sempiternellement différée,... jamais assoiffée...


Quant à ce qu'Hélène Carrère d'Encausse dit des médias français (par extension légitime et vérifiable à tout instant des médias de la bruxelloise Union), chacun le sait pertinemment ou
bien s'y complaît sans autre forme de procès ou, last but non least, prend son prochain pour plus stupide qu'il n'est...  


Jeter le nom de cet éminent chercheur (et accessoirement son oeuvre) en pâture aux imbéciles, aux moralement crétinisés, aux opportunistes, à tous les haineux à force de médiocrité à et de
suivisme, voilà qui est tout à l'honneur (mais aussi le seul honneur), si on peut dire, de vos instincts criminogènes.


Amis, lecteurs, à bon entendeur.


R. E. DUC



Sylvia Bourdon 31/12/2005 15:53

"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez le dire." et de rappeler aussi la devise de Winston Churchill: «Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.»

Gaulois 03/12/2005 19:20

Je suis 100% d'accord avec elle.

Le politiquement correct est une plaie qui sclérose le débat, et amène a une pensée unique digne de Staline, ou tout le monde est mort de trouille et ne sait plus quoi dire ou comment le dire... On reproche aux politiques d'etre langue de bois, lisses, consensuels, démago... mais ca serait du suicide d'afficher réellement ses convictions.

Dites un mot sur l'immigration, l'islam, et dans la foulée votre phrase est sortie du contexte, et alimente la polémique... le pire c'est que la plupart se jettent dessus tels des loups affamés, sans même verifier leurs sources, ou replacer les quelques mots dans leur contexte d'origine... qui souvent leur fait prendre un tout autre sens